Archives de Catégorie: Acteurs

Faut-il renier ses valeurs pour réussir? le cas Zuckerberg, créateur de Facebook.

La réussite a t-elle un prix? si oui, quel est-il? et êtes-vous prêt à le payer? Il arrive à un moment de notre vie de nous poser ce genre de questions. Certains pour décrocher une promotion sont prêts à dénigrer en douce un collègue qui y prétend aussi. D’autres pour conclure un contrat n’hésiteront pas  à un arrangement douteux.

Le plus important est d’être conscient des risques pris et de ne pas renoncer à l’essentiel. Prendre les bonnes décisions demandent du temps et de l’expérience. Toutes choses dont Mark Zuckerberg le fondateur de Facebook a fait fi alors qu’il avait tout juste 20 ans et que le succès lui est tombé dessus sans crier gare.

Le cas Zuckerberg est tellement intéressant qu’il faut le scruter à la loupe. Le créateur de Facebook est si génial qu’un film,  » the social network » a été inspiré de son histoire. Ne nous voilons pas la face, pour devenir le roi du Web, Mark Zuckerberg n’a pas hésité à tordre le cou à la morale. En effet, dans ce film, il est dépeint comme :  » Génie, traître, voyou, milliardaire ». Incroyable mais vrai, à 26 ans, l’extra-terrestre est tout cela à la fois.

Selon le magazine « Forbes » , il pèse à lui seul 6,9 milliards de dollars ( 5,2 milliards d’euros ). Ainsi, il est comme la 35 ème plus grosse fortune des Etats-Unis devant Steve Jobs. Il est aussi considéré comme un génie par les 500 millions d’utilisateurs de facebook qui échangent chaque mois plus de 30 milliards d’informations. Les termes de « voyou » et de « traître » collent à son image lorsqu’on connaît les débuts de facebook. Lorsqu’il lance , une nuit de 2003, le site facemash.com ( « tête à claques ») dont l’objectif est d’élire la fille la plus sexy de Harvard, il pirate les serveurs de l’université afin de se procurer les photos de toutes les étudiantes du campus. Pour ce délit, la direction de l’université décida de passer l’éponge. Par contre, les frères Tyler et Cameron Winklevoss le traîneront devant les tribunaux. Ceux-ci l’accuseront d’avoir piagé leur réseau social , Harvard Connection, un projet sur lequel Zuckerberg s’était verbalement engagé mais qu’il abandonna pour développer facebook tout en laissant croire par e-mail aux frères Winklevoss qu’il continuerait à penser à leur site. Les Winklevoss ont néanmoins obtenu la coquête somme de 65 millions de dollars de dommages et intérêts.

Par contre, c’est pour Eduardo Savarin que Zuckerberg est un traître. Les deux peuvent se prévaloir d’avoir partagé les faibles commencements de Facebook en Février 2004. Officiellement, cofondateur et directeur financier de l’entité, il mit plus de 26000 dollars pour développer l’entreprise. Mais cela n’empêcha pas Zuckerberg de le débarquer froidement en Avril 2005 et ce, malgré ses compétences. Ce dernier est allé même jusqu’à retirer son nom de la liste des fondateurs de l’entreprise. Mais, fort heureusement plus tard, un arrangement fut conclut : d’ailleurs le bruit court que Savarin aurait reçu 1 milliard de dollars de dédommagement.